Nous sommes en 1692 dans le petit village de Léaz du département de l'ain. Le curé de la paroisse est victime d'une étrange mésavanture. Des phénomènes étranges se produisent sous les combles de sa cure.Une présence se manifeste, il pense qu'il s'agit d'une manifestation de son père dont l'inhumation a eu lieu il n'y a pas très longtemps. Pris par l'exercice de son ministère,il aurait négligé les prières pour le repos de l'âme de son père, qui de ce fait manifesterait ainsi son mécontentement.

Si tel au début est son interpétation, des doutes s'infiltrent en sa pensée au point qu' il envisage la présence d'une personne cachée sous les combles, une discusion s'engage entre eux , discusion dont je vous trancris la texture à travers la rédaction du curé Brunet dans les actes de sépulture du registre paroissial de Léaz :

léaz 1

Le 27 février mil six cent nonante deux, je soubsigné confesse et atteste quayant ensepulturé honorable Benoist Brunet, mon père, bourgeois de Montréal, le 5 may 1691, ayant satisfaict à tout les devoirs funéraux, mais comme il est morts beaucoup de personnes pendant la présente année, et que ayant vouleu satisfaire à la dévotion des parents des defuncts, soit aux messes de fondation, je nay peu appliquer tous mes sacrifices, dont pour le repos de lame de mon père. cependant six semaines...

léaz 2

 

on a ouï un grand bruit dans ladite cure presque toute les nuicts et si vray que mes nepveux nosant couché seuls appelloient les voisins pour couché de compagnie avec eux qui ont eu part de la peur causée par le bruit et moy certifiant estant dans le lict, je me sentis roulé de part et dautre dans ledit lict comme lors quon excite un dormamnt pour leveillere.

je criat: qui est la. Une voix me respond en langue vulgaire: il est jour . Je leve mon rideau et je repond: il n'est pas vray.

Après quoy jentent un bruit tout le long de ma chambre comme si un avoit trainé un plain sac de nled. je me leva promptement, je chercha partout, je ne trouve personne et cestoit laube du jour. A linstant jalla dire la sainte messe pour dit père et comme madame Buffet vient a mourir, je feu occupé pendant une neufvaine de messes pour elle. Et les bruits de ladite cure saugmentoit ledit soir 27 dudit février. Un mercredy des quatres temps a neuf heures du soir pendant un temps de pluyes sans fins, venant de voir un malade, le sieur Buffet de Lyon, pour la confession, estant entrédans mon dit presbitaire et ayant ...

léaz 3

fermé la porte a la clef par derriere et allumé la lampe pour faire ma priere, jentent un grand coup sur la plachié d'en haut en la chambre du dessus le pressoir, ou meme jentra, et soudain voyla un bruit si viollent que douze batteurs de bled nen auroient pas faict davantage. Le granie me tomboit dessus de tout coté comme la grele.

Je crie : qui est la haut. Point de reponse. Je sort et passe par la grande chambre et entre dans la petite ou je couche. Le dit bruit continue. Jecria plusieurs fois: qui est lâ haut, respondé, que voulé vous. Et il neut aucune responce. Je le presse et luy dict: respondé de la part de Dieu, que voulé vous. Et pour lors jentendois une voix qui me respond d'un ton pitoyable: et dalent, hoy. Je luy demamde pour une seconde fois: est vous en peine. Il me respond pour la 2 de fois : hoy. et pour la 3iéme : je vous promet pere que je prieray Dieu demain pour vous. Il me respond pour la derniere fois : hoy.

et fit en mesme temps encor un bruit en se tranant par le dessus de la chambre. Et de peur que je ne feut trompé par quelqu'un, jalla moy mesme...

léaz 4

au galata soit par dessus toute les chambres avec ma lampe allumé que je n'avois point quitté et chercha par tous les coins. Je ne trouva rien. Tout le contenu cy dessus est véritable sans adjout ny diminuer. C'est un homme de cinquante ans qui parle, pretre et curé quine vouldroit pas conté des fables, et le lendemain, j'envoya prendre les pretres du voisinage pour prier pour le respot de lame de mon dit pere, Ensuite de quoy nous n'avons oüi aucun bruit. Je certifie par foy et serment quil est véritable, ce 29 février 1692. Brunet curé.

église de léaz

église de Léaz ( photo de Ghislain Lancel ).

Qu'aurions nous fait à sa place ? Dans de telles circonstances, la stupéfaction est intance au point de retranscrire dans les registres de la paroisse une telle mésaventure. L'émotion est grande face a peut être cette manifestation d'un phénomène paranormale dans une France  à cette époque très croyante. Notre curé n'a pas perdu son sang froid au point d'engager le dialogue avec l'inconnu.iI n'en demeure pas moins que les manifestations cessent dès que des prières pour le repos de l'âme de son père sont effectivement faites.

Il est toujours difficile devant un phénomène prétendument paranormal de savoir si nous sommes victime ou non d'une illusion.La notion de paranormal matérialise les angoisses métaphysiques de l'homme et l'irrationel n'est pas seulement ce qui n'est pas expliqué. Peut être s'agit-il d'une dimension incontornable et essentielle de l'Univers et de l'Homme.

Toujours est-il qu'il est interréssant de transcrire ces témoignages du passé qui peuvent servir à compléter l'histoire d'une famille ou d'un village. Etait-ce une fable ou la réalité, nous ne le serons jamais, mais comptons sur la droiture et la morale de notre curé pour en décider.

sources:

registre sépulture de Léaz 1681/1697, vues 15,16,17,18 /24.

histoire-genealogie.com

 

G. chapalain