Nous sommes sous le régne de Henri IV né henri de Bourbon. Il fut confronté aux guerres de religions. Catholique à sa naissance, il changea plusieurs fois de religion avant son accession au trône de France. Prince de sang et chef protestant, pour être accepté comme roi de France, il se convertit à sa religion d'origine, le catholicisme et signa l'édit de Nantes qui mit fin aux guerres de religions.

Nous allons nous intéresser à la ville de Mlestroit située dans le Morbihan dont les sregistres paroissiaux font mention de la guerre de la Ligue de 1589 à 1598.Conflit entre les ligueurs du duc de Mercoeur gouverneur de Bretagne et les royaux fidèles du roi henri IV.

malestroit

Le bourg de Malestroit, bâti à l'ombre du château féodal a pris beaucoup d'importance et le duc de Mercoeur voulu s'assurer de cette place fortifiée qui subira de ce fait plusieurs sièges de la part des ligueurs.

En 1589, Malestroit se déclare pour le roi Henri IV. En mars 1589, ST Laurent d'Avaugour, maréchal de camp du duc de Mercoeur, se présente avec 5 à 6000 hommes devant les portes de Malestroit, plusieurs hommes de la milice de Malestroit furent surpris et massacrés par les ligueurs.Jusqu'en juin 1589, on dénombre de nombreux morts par" les soudards du parti catholiques". 

11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le 11 mai 1589: inhumation de cinq habitants de Malestroit, Gilles Normant, Lucas Normant, Guillaume Guinet, N. Barbier et Olivier Guillart, qui " avaient été massacrés ledit jour de grand matin à la Magdeleine, étant en sentinelle, et fut par certains soudards".

 Des sorties de milice hors des murs et des embuscades dans les faubourgs font de nombreuses victimes de part et d'autre.

13

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le 13 avril 1590: hinumation de sire Olivier Garelt, " lequel avait été tué et occis le même jour par certains soudards ligués qui vinrent au faubourg de la Magdeleine et à la Diane, l'ayant rencontré l'offensèrent."

27

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 27 avril 1590: inhumation de N. Boger, " lequel avait été coutellasé par lesdits ligués le jour et fête Saint-Marc évangéliste; et fut par ceux de la garnison de la ville de Redon. "

 En février 1591, le duc de Mercoeur ordonne de prendre la place forte de Malestroit: une batterie est établie à 400 m des murs d'enceinte. la défense est acharnée au cours de plusieurs assauts des ligueurs,le capitaine de la ville, Julien de Quistinic ainsi que de nombre de ses hommes sont tués au cours de ces assauts,ainsi que de nombreux ennemis. D'Avaugour ne prendra pas la place forte et se retirera avec ses espagnols et ses canons.

10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 10 février 1591 : inhumation devant Saint Gilles, dans le choeur, de noble homme Julien de Quistinic, sieur de Boverel, " lequel fut tué par nos enemis sur la brêche au premier assaut.Et, du temps du second assaut, il s'apparut un prodige sur le canon des enemis, qui était une nuée fort rouge et épouvantable, et fut vue de plus de mille persionnes." Même jour, ihumationde Jean Roussel " qui pareillement avait été occis sur la muraille de Saint-Julien", et de N. Davi " qui avait été tué sur la muraille, près la cohue" - " Et le lendemain, 11 dudit mois, plusieurs corps de nos ennemis, après le siège levé, furent en deux fosses ensépulturés au cimetière de Saint-Michel, lesquels furent trouvés en la douve et autres lieux, desquels je ne sais le nom."

 En 1592, le duc de Mercoeur voulant se venger pour essuyer son échec à Malestroit, assiège à nouveau la ville.

14

 

 

 

 

Le 14 février 1592: "les ennemis donnèrent au faubourg de Saint-Michel une alarme qui fut cause que ceux de la ville...

14

 

 

 

 

 

 

 

... firent une sortie sur les ennemis, lesquels toutefois avaient dressé leurs embûches ou embuscades de la Bouayris, qui se défendirent assez vaillamment; et fut audit lieu tué Floriniond Le Breton qui fut par après aconduit et son corps ensépulturé en l'église de monsieur Saint-Gilles, près l'autel de Saint-Sébastien. Quant aux uns et aux autres qui moururent , je n'en sais les noms, car c'étaient soudards."

 

03

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 03 juillet 1592 : " Le 3me jour de juillet, fut le troisième siège posé devant notre ville de Malestroit, au même mois que le premier; et fut occis et tué par les ligués Gilles Bouecz, et fut son corps ensépulturé en l'église de monsieur Saint-Gillesdudit lieu, près l'autel de la Trinité; et celui de Guillaume Eon près la porte Saint-Roch; celui de Pierre Joubert près l'autel Saint-Sébastien; et plusieurs autres en ladite église et cimetière, tant de capitaines, soudards que citoyens.Quant à celui de messire D.G. Chaignart, gui tamen obit metu, fut ensépulturé au prochain autel de devant la Sainte-Trinité "

Le17 juillet 1592, le prince de Dombes défend la cité, mais celle-ci succombe face au ligueurs faute de munitions, mais le 10 septembre, la cité est reprise par les royaux.L'église est en partie brulée par les ligueurs et les quartiers presque entièrement ruinés. Aussitôt, les murs furent réparés et des bastions ajoutés pour être en mesure de résister à d'autres attaques.

10

 

 

 

 

 

 

 

Le 10 septembre 1592 :" Derechef la ville de Malestroit fut reprise par les royaux, le dixième jours de septemre, et à la prise en fut tué quelques-uns, tant des royaux que de la Ligue, desquels la plus grande part fut enterée au cimetière de Saint-Gilles.Les autres en ladite église , comme le Sr du Pont-Alane, la Fontaine, etc. Et ce fut le même jour que l'église de monsieur Saint-Gilles fut presque toute brûlée, avec les ornements de Saint-Michel, Saint-Julien, et autres meubles, comme vous porrez voir en autre lieu à plain."

 

En 1598, Henri IV accorde à la ville des remises d'aide : 180 écus en considération de la ruine de leurs faubourgs ainsi qu'une récompense en lui accordant le privilège de l'enseigne de papegault (permettant ainsi l'exemption de certaines taxes). Le jeu de papegault ou jeu des joyaux est un curieux privilège octroyé en Bretagne par les anciens ducs aux populations urbaines.Les villes closes devaient pouvoir montrer une résistance aux éventuels agrésseurs.L'armée ducal étant insuffisante en mombre pour protéger toutes les cités bretonnes, les bourgeois prirent l'habitude de s'armer et de s'exercer au tir.Les ducs prirent donc en considération cette armée parallèle.Né d'un besoin militaire, le papegault se transforma en jeu populaire. Il s'agissait de tirer sur un oiseau en bois où sur un cible placée en haut d'une perche. Le gagnant devenait le roi du papegault et bénéficiait pendant un an de privilèges et d'exemption de taxes diverses.

Fière du rôle qu'elle avait joué au temps de la Ligue, la milice bourgeoise de Malestroit, à côté des soldats de la garnison, conserva une attitude martiale et n'hésita pas à prendre les armes en 1746 contre les anglais durant l'attaque de Lorient.

 

 

chapalin g.

sources:  ad du Morbihan, registres de sépultures de 1580 à 1668

              photo de Malestroit, fonds david.

              batailles de l'histoire de Bretagne (jp Bourban)